Re faire société par Claude Ramin

dimanche 6 mai 2012

Lorsqu’au lendemain de l’élection du petit homme en 2007 j’écrivais que la « baisse » du f’Haine n’était que pure illusion et que les idées de haine, de discriminations, de stigmatisation, de murs,… siégeaient dorénavant sous les ors de ce que certains appellent encore une république (d’ailleurs même la « gauche de gauche » considère être encore dans une république puisqu’elle parle de sixième république comme si celle-ci en était encore une !). Et que cela participerait encore davantage à la banalisation de ces idées, je me suis attiré des commentaires du style « toi tu exagères toujours ! »…

Force est de constater le résultat aujourd’hui et je n’ai jamais compris que l’on puisse aller discuter/ « négocier » … des reculs transformés en victoires !, ni adresser des pétitions … pour demander un changement de « politique », ni partager les petits fours au 14 juillet !,...
Nous devions dès le lendemain construire un cordon sanitaire d’autant que le même petit homme nous avait déjà donné des gages depuis son passage à l’intérieur….
_ Aujourd’hui face à « l’a-société », éclatée, violente et triste… Il s’agit de (re)faire société, premier pas pour (re)construire notre maison commune, et ça prend du temps… à partir de ce qui affecte les gens au quotidien, avec patience et sur la durée déconnectée des cirques électoraux, leurres de « l’a-démocratie » …

(Re)faire société pour replacer l’émancipation dans une perspective sécessionniste parce que rester dans le contre c’est rester dans la même logique… il s’agit non pas de changer la société mais bel et bien de changer de société. Parce que au bout du bout faire autrement et autre chose pour (re)construire nos communs, ce sont des choix, ça s’appelle aussi démocratie, à laquelle nous devons ajouter aujourd’hui réelle et maintenant, tant elle est bafouée, ici et là-bas…

La démocratie est sans cesse en danger, toujours en devenir. L’émancipation en est le levier et le point d’appui. Son principe l’égalité. Toute prise de pouvoir sans irruption des gens ordinaires est illusoire et reste dangereuse par essence.
Le pouvoir n’est jamais que « faire faire » alors que nous voulons faire par nous-mêmes, nous auto organiser à partir de nos « savoir faire » et de nos « savoir être » et parce que nous ne pouvons pas tout savoir nous ferons appel à des experts capables d’exprimer des points de vues différents, que nous choisirons, pour éclairer nos prises de décisions que nous soumettrons à expérimentations et nous cheminerons ainsi en apprenant de nos erreurs.

(Re) construire la démocratie au quotidien, ce n’est pas l’affaire de groupes, de structures, d’avant-gardes,… mais bel et bien l’affaire de chacun(e) et de tous. Ecouter l’Autre, débattre pour dépasser les points de vue différents et arriver avec le temps au consensus par une démarche ascendante, horizontale et non violente à partir de ce qui nous affecte au quotidien où chacun(e) apporte selon ses possibilités et reçoit selon ses besoins pour élaborer le penser/faire collectifs.
Claude Ramin


Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur