Teste osseux : motion de la F.C.P.E.

jeudi 28 mai 2015
par  M.C.

"Des tests d’âge osseux sont encore pratiqués sur des mineurs isolés étrangers afin de les exclure de l’aide sociale à l’enfance, voire de les faire condamner à des mois de prison. Pourtant, les instances médicales, scientifiques et éthiques ont condamné cette pratique car, détournée de sa finalité thérapeutique, elle est jugée non fiable pour attribuer un âge civil à un individu.
Membre fondateur du réseau éducation sans frontière, la FCPE demande :
- que soit adopté par les parlementaires l’amendement à la loi sur la protection de l’enfance qui inscrira dans le code civil l’interdiction du recours à ces tests ;
- que soit inscrit dans la loi que tout jeune scolarisé bénéficie de droit à sa majorité d’un titre de séjour lui permettant d’achever ses études comme ses camarades pour ensuite travailler en mettant ses qualités et ses connaissances".

La loi Protection de l’enfance dans laquelle le gouvernement a fait adopter (à une heure du matin et devant 35 députés) un amendement déposé en dernière heure légalisant les tests d’âge osseux doit maintenant repasser devant le sénat puis sans doute une nouvelle fois à l’assemblée.

La motion FCPE, adoptée lors des son congrès national, est l’un des moyens de convaincre les parlementaires que nous connaissons de revenir sur ce vote et de faire adopter un amendement inscrivant
l’interdiction des tests osseux dans le code civil.