Vivre la fraternité au quotidien à St Etienne.

mercredi 10 septembre 2014
par  M.C.

Chers amis,

Le tribunal de police de Saint-Etienne a relaxé le mercredi 10 septembre 2014 un prêtre qui était accusé d’avoir hébergé des demandeurs d’asile dans son église alors que le parquet avait requis une forte amende (12 000 euros) à son égard.

Le père Gérard Riffard accueille en effet dans son église, depuis une douzaine d’années, un certain nombre de ces personnes démunies et en détresse à qui la Préfecture de la Loire n’a pas voulu trouver de logement. La municipalité de Saint-Etienne l’a ainsi accusé de mettre en danger leur sécurité (car ils sont probablement mieux dans la rue !)...
Une interdiction municipale lui avait ordonné de cesser cette activité d’hébergement.

Le père Giffard avait justifié son action par un devoir de solidarité :

"Il ne suffit pas de parler de fraternité, il faut arriver à la vivre au quotidien..."

avait-il déclaré sur France Info lors de sa mise en cause

Il est intéressant de savoir que le juge s’est référé aux libertés fondamentales de tout être humain en matière de circulation et de droit à l’asile.
Lire aussi :
http://www.liberation.fr/societe/2014/09/10/relaxe-apres-avoir-donne-asile-dans-son-eglise_1097763

Voilà, en cette rentrée qui s’annonce périlleuse pour l’avenir du droit des étrangers en France - avec le projet de réforme du CESEDA et de l’Asile qui devraient intervenir dans le courant de l’automne - une petite lueur d’espérance pour nous conforter dans la protestation contre l’indigne traitement qui est fait aux étrangers sans papiers dans notre pays.

Venez nombreux à notre prochain rendez-vous du 2ème samedi du mois, aux Allées Provençales.
Le Cercle de Silence d’Aix-en-Pce